Logo
Pub

Nouvelles d'ici

Toute l'actualité sur atafai-info.ci
Conférence de presse du collectif de la renaissance de l’union des jeunes de Bonoua  
Élection UJCB : la CAE présente les candidats de la présidence aux autorités  
Inondations et sinistres dans le Sud Comoé : l’AREBO à ADIAHO les mains chargées  
Election UJCB : Programme officiel des élections du président et du commissaire au compte.  
Election UJCB 2019 : la CAE rencontre madame le Maire  
Elections UJCB 2019 : Quelles sont les membres de la CAE et du conseil consultatif  

Santé : M. le ministre de la santé, l’on doit mourir dans votre région pour "ambulance non inaugurée" ? SANTE | SANS CRITIQUES |

Dans la nuit...



Dans la nuit du 29 au 30 mai 2019, on apprend qu’une jeune dame perd la vie lors d’un accouchement à Yaou, localité de la commune de Bonoua suite à des complications, mais qu’est ce qui s’est réellement passé ?

En effet, les responsables du centre de santé rural de Yaou auraient refusé l’évacuation de cette dame enceinte sur Grand-Bassam pour des soins adéquats, vu qu’elle portait une grossesse avec des complications et selon les sources proches de l’antenne de santé, l’ambulance qui devait servir à son évacuation n’aurait pas encore été inaugurée.

Consternés devant une dame enceinte inconsciente et le refus des responsables du centre de santé de ne pas donner suite à leur requête, les proches de la concernée ont dû faire appel à une autre ambulance. Après une heure d’attente, elle arrive. Elle fut conduite comme prévu à l’hôpital de Grand-Bassam pour ses soins mais la mère et l’enfant vont perdre la vie lors de l’accouchement.

Face à ce drame beaucoup d’indignations et de questions se posent.

Toujours selon notre source, l’ambulance a été offerte par Gnegnin Boua alias ‘’Général Gbagbo Boua’’, depuis le 14 janvier, opérateur économique et fils du village de Yaou et un proche de madame Simone Gbagbo. Et des instructions de la hiérarchie était claire à ce niveau, pas besoin d’utiliser l’engin tant que la réception officielle n’a pas été faite, il est clair que des questions politiques soutanes cette décision et pendant ce temps, des malades partent au père par la faute des humaines.

L’idéal et pour le repos des âmes des défunts, est que les coupables soient trouvés et conduits devant les tribunaux pour non-respect de leur serment. Pour rappel, le ministre de la santé le Dr Aka Aouelé est le président du conseil régional du Sud Comoé, région dont fait partie la localité de Yaou.

Photo: Afrik Soir



Vous avez aimé cet article? partagez le avec vos amis

Publié par :
Pub