Logo
Pub

Nouvelles d'ici

Toute l'actualité sur atafai-info.ci
Bonoua / Politique : cérémonie d’hommage des fédérations FPI du Sud comoé à la vice-présidente Simone EHIVET  
Le POPO TOUR, une réalité du POPO CARNAVAL 2019.  
Bonoua/vie Associative : Investiture du président du Mouvement pour le changement et du développement de Bonoua (MCD-BO)  
Brassivoire sponsor de la 39è édition du Popo carnaval de Bonoua  
Lancement officiel du popo carnaval de Bonoua 2019  
Popo carnaval de Bonoua : le nouveau commissariat chez l’honorable Miessan Daniel.  

M. ALAIN VONAN « … Mon rêve est que Bonoua ne baisse pas les bras. L´individualisme est en train de tuer le collectif… C´est ensemble que nous réussirons et c´est ça mon rêve. » INSTANT AVEC |

Bonjour très ...



Bonjour très  chers amis « atafainautes », nous recevons M. VONAN Alain dans votre rubrique préférée INSTANT AVEC… pour nous parler de son actualité en tant que homme politique mais aussi en tant que acteur du développement social au sein de notre communauté. Il répondra aussi à vos préoccupations recueillies sur la toile. Nous l’interrogerons en autre sur sa vie politique, sur l’actualité de notre région dominée par le popo carnaval actuellement et sur ces projets de société.

 

1. Qui est M. VONAN Alain ? (nom et prénom, le nom de votre grande famille, votre classe d’âge, situation matrimoniale, parcours scolaire…)

Avant tout propos, j´aimerais à travers votre Plateforme saluer le vaillant peuple de Bonoua /Bongo Commune et sous-préfecture. Je remercie vous-même aussi pour cette opportunité que vous m´offrez de donner mon point de vue sur l´actualité de notre région. Pour revenir á votre question maintenant.

Je me nomme VONAN N´tayé Alain, je suis de la grande famille ADEVESÉ, fils des Obouhiveh. Je suis de la génération M´ploussoué baoulé Bégnéry. Je suis marié.

J´ai fait l´école primaire catholique de Bonoua, ensuite le lycée moderne de Bonoua, puis le lycée d´enseignement artistique d´Abidjan ou j´obtiens le BAC.

 

2. Parlez-nous de votre parcours professionnel ?

Diplômé de l´école supérieure d´économie de Bonn en Allemagne option fiscalité, j´exerce depuis en tant que conseiller fiscal dans un cabinet comptable á Bonn en Allemagne.

 

3. Pourquoi avez-vous choisi d’intégrer le parti du président Laurent Gbagbo ?

La soif du changement après des décennies de parti unique au départ, mais par la suite c´étais plus l´idéologie, la capacité d´écoute et de proposition de l´opposant Laurent Gbagbo. Mais plus l´idéologie socialiste qu´incarnait le Front Populaire Ivoirien.

 

4. Aujourd’hui, quel poste occupez-vous au sein de ce parti politique ?

Je suis le secrétaire générale de la représentation du Front Populaire Ivoirien en Allemagne et en Suisse et conseiller diplomatique chargé des relations avec les institutions européennes du SN FPI chargé des représentations en Europe.

 

5. Vous avez été candidat suppléant malheureux aux dernières législatives, quels ont été pour vous les manquements qui ont occasionné cette défaite ?

J´aimerais avant tout saluer notre équipe de campagne qui a fait un travail formidable. Merci au Dr. Christine Adjobi (ex ministre de la lutte contre le SIDA) qui a cru en moi. Pour répondre à votre question, Je crois que les différents thèmes de notre campagne surement n´ont pas pu convaincre l´électorat. En plus on se battait sur plusieurs fronts et cela a joué contre nous.

 

6. Quelles propositions de solution pouvez-vous préconiser pour une sortie de crise au sein de votre famille politique ?

Je ne suis pas pessimiste, un jour les egos céderont à la bonne foi. Mais en attendant que cela n´arrive nous poursuivrons notre chemin de reconquête du pouvoir avec le président du parti l´honorable Pascal AFFI N´GUESSAN. Nul n´est parfait et la vérité absolu n´existe nulle part à mon avis. Nous devons tous mettre l´intérêt du peuple au devant et voir en l´autre un frère, un compagnon. La seule voie c´est « asseyons-nous et discutons ». Mais apparemment c´est une formule pour les autres et non pour nous même.

 

7. Avez-vous d’autres ambitions politiques à Bonoua ou votre candidature était juste occasionnelle.

Moi je ne parlerai pas d´ambitions politiques mais plutôt d´un rêve de voir Bonoua retrouvé ces repères. Je ne dirai pas aussi que ma candidature était JUSTE occasionnelle mais plutôt qu´elle s´inscrit dans un plan du destin. Je ne sais pas ce que demain sera, mais je sais ce que je veux pour Bonoua commune. J´avais été invité à une conférence débat en Allemagne en 2016 sur les indépendances en Afrique en particulier la Côte d´ivoire, et quelqu´un dans le publique a pris la parole et a cité Bonoua des années 80. Il disait ceci « pourquoi attendre tout du gouvernement ? Le peuple Abouré n´a pas attendu le gouvernement d´Houphouët Boigny pour construire son hôpital, le lycée moderne de Bonoua… ». Mon rêve est que Bonoua ne baisse pas les bras. L´individualisme est en train de tuer le collectif. Il est aujourd´hui impossible de trouver le consensus á Bonoua. Nous devons réapprendre à dominer nos instincts d´individualités et puiser en nous la force nécessaire pour aider la communauté et à engager le développement de notre région pour le bien de notre population. C´est ensemble que nous réussirons et c´est ça mon rêve.

 

8. Nous avons appris de sources fiables que vous-envisagez créer une fondation, est-ce exact ? Si oui pourquoi une fondation ? Parce que d’aucuns diront que c’est aussi un effet de mode pour les hommes politiques.

Comme je le disais plus haut, ma candidature est un plan du destin, alors si je m´arrête cela devient une candidature occasionnelle. C´est ensemble que nous réussirons et en disant ENSEMBLE je veux dire moi-même y compris, riresss.

Donc je suis à la tache et le moment venu je donnerai l´information. Pour le moment souffrez que mon staff et moi puissions travailler discrètement pour apporter notre contribution au développement de notre Commune. Et j´invite tous mes frères et sœurs à se joindre à moi pour pousser loin la réflexion.

 

9. Quel sera le nom de cette fondation, son rôle et ses missions concrètes ?

Vous aurez les résultats des différentes réflexions le moment venu. Riressss

 

10. En plus de la fondation, avez-vous d’autre projet sociétal ? Si oui parlez-nous-en ?

Nous sommes entrain de mener des réflexions sur les différentes possibilités de contribuer au développement de notre région. Je ne vais pas trahir le secret de la procédure. Je vous informerai moi-même le moment venu.

 

11. Parlons maintenant de notre bijou à tous, le popo carnaval, depuis un moment l’on a opté pour son internationalisation, quel est votre opinion sur cette action ?

Je salue cette initiative, parce que le popo carnaval était déjà international et il fallait juste rendre cet état de fait concret dans la pratique. Nous devons nous ouvrir aux autres et cela demande de la volonté. Je félicite les autorités actuelles qui ont permis que cela soit.

 

12. Au lancement de cette 37ème édition, les autorités ont procédé à la pose de la première pierre du palais NOUDJOU du carnaval, certes une nécessité pour le carnaval mais est-ce une priorité pour l’actuelle Bonoua ?

Moi je refuse de choisir entre la nécessité et la priorité parce que dans l´état actuel des choses à Bonoua tout est utile. Regardez vous-même Bonoua ville, parce que il n´y a pas que Bonoua ville qui fait la Commune de Bonoua. Tout est à faire. Et je dis bien à faire. Restons dans la thématique même du popo et regardons le parc m´ploussoué ? C´est un chantier. Bonoua est un chantier qui doit le devenir. Moi j´aimerais sortir de l´émotion et dire merci aux autorités actuelle pour ce projet, mais que vaut un palais Noudjou aussi noble soit-il, au milieu des ruines ? Je leur demande de faire plus et de permettre au noble projet du « Palais Noudjou du carnaval » de voir le jour dans une ville nouvelle, propre et prospère.

 

13. Actuellement, le véritable souci dans notre région est le problème de l’insalubrité, des voiries et du financement des jeunes ; quel est votre avis sur ces sujets ? Quelles sont les actions à mener pour y remédier ?

Nous devons retourner en arrière et apprendre à compter sur nous même. Menons la réflexion et j´invite tout le monde à le faire. C´est ensemble et seulement ensemble dans une confiance retrouvée que nous trouverons des solutions à tous ces problèmes. L´insalubrité est une réalité, mais une réalité dont la responsabilité est collective. Les voiries et sur ce point j´avoue que Bonoua accumule un retard considérable. C´est un défi pour les autorités actuelles parce que ce sont elles qui détiennent le budget en ce moment. Bonoua a besoin d´un « plan Marshall » surtout pour les routes et pour ça il va falloir associer tout le monde. Pour la jeunesse, il faut réfléchir à une méthode efficace qui ne va pas consisté á distribué de l´argent aux jeunes mais plutôt un mécanisme de suivi. Il ne faut pas aussi suivre seulement les traces de l´argent donné mais aussi le projet pour qu´il aboutisse. Et comme je le disais plus haut, une réflexion est menée en ce moment même et les résultats vous seront donnés le moment venu.

 

14. Que pensez-vous de la plate-forme ATAFAI-INFO.CI (remarques, critiques, suggestions,)

Je salue tout ce que vous faites pour la région, le chemin est long et vous devriez être soutenu. Pour les critiques et suggestions c´est pas sur la place publique, riresss

 

15. Voulez-vous intervenir sur un sujet que nous omis de souligner ?

Non je crois que nous avons abordé l’essentiel.

 

16. Votre mot de fin

Je remercie Atafai-info pour l´occasion qu´il m´a donné d´échanger sur la vie de notre commune et sous-préfecture. À la vaillante population de Bonoua et Bongo Commune et sous-prefecture, je suis et je reste à votre disposition pour réfléchir et entamer les actions concrète pour le développement de notre Commune. Nous devons nous engager dans le débat utile. La seule voie pour nous est de puiser dans notre passé pour localiser ce qui a marché. Nous devons taire les egos, abattre l´individualisme et donner une nouvelle chance au collectif. Nous avons été forts et efficace dans le passé. Nous avons été reconnus par tous comme un peuple digne et un exemple pour les autres. Demeurons cet exemple. Nous avons les hommes et les femmes pour le faire. Donnons une chance au consensus. Ouvrons le débat sur le développement de Bonoua, invitons toutes les couches sociales et passons á l´acte. Je compte sur chacun de nous, ne tergiversons pas. Ensemble nous construirons BONOUA. Je vous remercie.

 

 

Merci pour votre disponibilité !!! 



Vous avez aimé cet article? partagez le avec vos amis

Publié par :
Pub