Logo
Pub

Nouvelles d'ici

Toute l'actualité sur atafai-info.ci
Bonoua / Politique : cérémonie d’hommage des fédérations FPI du Sud comoé à la vice-présidente Simone EHIVET  
Le POPO TOUR, une réalité du POPO CARNAVAL 2019.  
Bonoua/vie Associative : Investiture du président du Mouvement pour le changement et du développement de Bonoua (MCD-BO)  
Brassivoire sponsor de la 39è édition du Popo carnaval de Bonoua  
Lancement officiel du popo carnaval de Bonoua 2019  
Popo carnaval de Bonoua : le nouveau commissariat chez l’honorable Miessan Daniel.  

Culture et tradition : Abouré, un peuple pas comme les autres… SOCIETE | HISTOIRE TRADITION |

La semaine...



La semaine du 30 au 09 juillet, a été une semaine spéciale « Abouré Ehivet » sur les réseaux sociaux. Des pages et groupes Facebook des plus suivie en Côte d’Ivoire aux radios commerciales ivoiriennes en passant twitter, tous parlaient de la petite ville de Bonoua qualifiée de « pays dans un pays » par certain. mais qu’est ce qui a provoqué ce BUZZ.

En effet, à la première heure du lundi 03 juillet 2017, le plus vieux media public ivoirien FRATERNITÉ  MATIN a réveillé un article de son correspond local dans la ville de Bonoua portant sur l’ensemble des dispositions mises en place par les N’MAN (L’organe exécutif en pays Abouré) de ladite ville pour mettre de l’ordre dans le quotidien des riverains ; des dispositions rendu public depuis le 06 décembre 2010. Mais pourquoi ces dispositions ? Interrogeant les N’Mans, initiateurs de ces directives, ils nous en fait savoir que le village , les us et costumes sont sacrés et donc ils ne peuvent pas assister ou participer à sa désacralisations raison pour laquelle ils ont pris ces dispositions pour un mieux être social et non contre X ou Y.

Durant cette semaine, nous avons pu entendre beaucoup de point de vue et des débats sur les réseaux sociaux notamment dans l’un des plus grand groupe FACEBOOK ivoirien « Observatoire Démocratique en COTE D’IVOIRE » et sur les radios commerciales notamment TRACE FM dans l’émission de 20h à 23h sur l’article 5  de cette réglementation: « le port des boucles d’oreilles par les jeunes hommes et les pantalons qui descendent laissant apparaitre le postérieur des jeunes filles sont interdits. Le non respect expose à une amende de 5000 fcfa. ». Beaucoup disent haut et fort à qui veut bien l’entendre, que la particularité de cette réglementation ne réside pas forcement dans les textes mais plus dans la volonté des N’MANS de préserver ce que nous avons de plus cher : notre tradition, nos racines et c’est ce qui fascinent plus d’un. Espérons que le tweet de M. Alain LOBONGNO  ne tombe pas dans des oreilles de sourds.

Bravo aux autorités coutumières de Bonoua. La #Ci225 a besoin de repères sociaux de base pour l'avenir de ses enfants.

— Alain Lobognon (@Alainlobog) 4 juillet 2017

Rappelons que depuis 2010 ces directives sont mises en application à Bonoua, croisons vivement les doigts pour qu’une volonté politique l’accompagne pour plus de fermeté. 



Vous avez aimé cet article? partagez le avec vos amis

Publié par :
Pub